Prodoq - Les professeur·es documentalistes et les questions de genre

Description

Le projet Prodoq vise à étudier la façon dont les professeur·es documentalistes exerçant en lycée s’emparent des nouveaux parcours éducatifs abordant les thématiques liées aux "questions de genre" et la façon dont ils·elles ont construit et développé des savoirs en lien avec ces questions ainsi que le rôle qu'ils.elles jouent dans leur diffusion.
Dans le champ éducatif, les « questions de genre » renvoient aux objets d’apprentissage permettant d’aborder la manière dont le genre contribue à la production d’inégalités entre les filles et les garçons et aux discriminations sexuées et genrées. Ces questions « socialement vives » engendrent de nombreux débats dans le monde scientifique et dans la société civile, mais aussi à l’école.
Ce projet porte sur les professeur·es documentalistes exerçant en lycée général et technologique et en lycée professionnel. Il vise à analyser dans un cadre interdisciplinaire mêlant sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, sociologie et sciences du langage, la manière dont ils·elles ont développé des savoirs en lien avec les « questions de genre » ainsi que le rôle qu’ils·elles jouent dans leur diffusion, au sein du CDI (centre de documentation et d’information) dont ils·elles ont la responsabilité et auprès des élèves et équipes éducatives.

Des entretiens biographiques axés sur leur trajectoire professionnelle et leurs pratiques culturelles, mais aussi militantes et syndicales (s’ils·elles en ont) sont conduits et complétés par des entretiens d’autoconfrontation aux traces matérielles d’activités qu’ils·elles ont pu mener autour de l’égalité fille-garçon, du sexisme, des LGBT-phobies ou de l’orientation des élèves encore très dépendante de nos jours des stéréotypes de genre associés aux filières universitaires et aux métiers.

Le projet vise aussi à fournir une cartographie des ressources mobilisées ou créées par ces enseignant·es au cours de ces activités.

Domaines : Sciences de l’information et de la communication, Sciences du langage, Sciences de l’éducation, Sociologie
Mots-clés du projet : Éducation à l'orientation, Cyberviolence, Harcèlement scolaire, Médiation des savoirs, Sexisme

Fields of research: Information and communication sciences, Language science, Sciences of education, Sociology
Keywords: Orientation education, Cyberviolence, School harassment, Knowledge mediation, Sexism

Responsable du projet
:
Bérengère STASSIN (UR3476 Crem, Université de Lorraine) http://crem.univ-lorraine.fr/membres/enseignantes-chercheures-titulaires/stassin-berengere

Equipe projet :
Elodie GEAS (EA 4692 Cérep, Université de Reims Champagne-Ardenne) https://www.univ-reims.fr/cerep/composition/membres-cerep/elodie-geas,10141,37787.html
Alexie GEERS (EA 4692 Cérep, Université de Reims Champagne-Ardenne) https://www.univ-reims.fr/cerep/composition/membres-cerep/alexie-geers,10141,30571.html?sit_id=61
Émilie LECHENAUT (UR3476 Crem, Université de Lorraine) http://crem.univ-lorraine.fr/membres/membres-associes/lechenaut-emilie
Aurore PROMONET (UR3476 Crem, Université de Lorraine) http://crem.univ-lorraine.fr/membres/enseignantes-chercheures-titulaires/promonet-aurore
Bérengère STASSIN (UR3476 Crem, Université de Lorraine) http://crem.univ-lorraine.fr/membres/enseignantes-chercheures-titulaires/stassin-berengere

Laboratoire coordonnateur :
Centre de recherche sur les médiations (UR3476 Crem, Université de Lorraine)

Laboratoire partenaire :
Centre d’études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations (EA 4692 Cérep, Université de Reims Champagne-Ardenne)

Partenaires financeurs :
- MSH Lorraine - Maison des Sciences de l'Homme Lorraine (UAR3261, CNRS / Université de Lorraine)
- Crem - Centre de recherche sur les médiations (UR3476, Université de Lorraine)

Relation

https://cenhtor-msh-lorraine.cnrs.fr/files/original/6b278d0523c8a7e379515e72b0b17ac7.jpg

Collection Items

Il n'y a actuellement pas de contenus dans cette collection.

Hiérarchie de la collection

  • Prodoq - Les professeur·es documentalistes et les questions de genre